Le Blog de Castelmore

Bienvenue ! Vous pourrez suivre ici toute l'actualité de nos auteurs et de leurs romans.

[Guide des YouTubers]Découvrez l’interview de Karim Debbache !

| 0 Commentaires

Pour fêter la sortie de la deuxième édition de l’indispensable Guide des Youtubers réalisé en collaboration avec Geekmemore.com, on vous propose de (re)découvrir une série d’interviews réalisées l’an dernier, pour Le Guide des Youtubers 2017 ! Retrouvez les interviews de Fabien Fournier, Antoine Daniel, Audrey Marshmallow, poisson fécond, Le Joueur du Grenier et Le Fossoyeur de Films, et bien sûr, l’édition 2018 du Guide, qui parlera également cette année podcasts, et qui sortira en librairie le 15 novembre !

Karim Debbache – émission & critiques

VIDÉOS À NE PAS MANQUER : CHROMA S01.10 GREMLINS // CHROMA S01.09 DOUCE NUIT, SANGLANTE NUIT // CHROMA S01.08 PIÈGE À HONG KONG //
Karim Debbache compte assurément parmi les vidéastes les plus talentueux en matière de cinéma, et ses émissions sont extrêmement bien écrites, dynamiques et instaurent dans chaque vidéo une ambiance personnelle et travaillée. C’est avec CROSSED, une série de chroniques, qu’il s’est d’abord fait connaître. Il y proposait des critiques et analyses de films adaptés de jeux vidéo. En 2015, il s’est lancé dans un nouveau concept sur Dailymotion : CHROMA. Proposant des chroniques de cinéma, cette nouvelle émission a repris certaines clés de CROSSED tout en les améliorant. Pendant une vingtaine de minutes, accompagné de Gilles et de Jérémy, Karim perce l’écran par son humour et ses commentaires techniques. Il est également connu pour participer à la réalisation des vidéos du Joueur du Grenier.

INTERVIEW !

Qui es-tu ?

Je suis Karim Debbache, vidéaste qui travaille actuellement sur Internet avec Gilles et Jérémy. Au départ j’ai commencé par une formation en audiovisuel avec un BTS professionnel en montage.  Suite à ça, j’ai bossé dans plein de trucs : j’ai fait du montage, de l’étalonnage, des effets spéciaux, des affiches. Un peu de tout en fait. Et puis après j’ai commencé à faire des vidéos sur Internet.  Au départ c’était en 2011 avec Usul sur jeuxvideo.com, pour le « 3615 Usul » : c’est lui qui écrivait et présentait, c’est moi qui réalisais. Dans la foulée, j’ai commencé à bosser avec Joueur du Grenier. Et puis j’ai lancé ma propre émission avec Gilles en 2013, également sur jeuxvideo. com, qui s’appelait CROSSED.

D’où viens-tu ?

Je viens de Boulogne-Billancourt, dans le 92. La meilleure des villes !

Où vas-tu ?

Vers de meilleurs lendemains !

Le plus beau jour de ta vie

Oh putain ! c’est horrible comme question ! Jérémy, aide-moi, c’est quoi le plus beau jour de ma vie ? Ça devrait avoir un rapport avec ma maman. Je pense que c’est le jour où je me suis rendu compte que ma maman m’aimait vraiment beaucoup. C’était un jour où je jouais à Link to the Past, et elle y jouait aussi. Par erreur, elle a effacé ma sauvegarde. Du coup, elle avait passé le week-end à monter une nouvelle partie pour me faire revenir au point où j’en étais alors que j’étais chez mon grand-père. Et là je me suis dit : J’ai la meilleure maman du monde.

Ton pire cauchemar ?

Je pense que c’est le jour où j’ai rêvé que je me faisais poursuivre par le sanglier de Razorback. Je m’en souviens encore aujourd’hui.

Des phobies ? ou des TOC de vidéaste ?

J’ai la phobie des insectes dégueulasses. J’aime pas les insectes dégueulasses, de type insectes dégueulasses. Tout ce qui peut entrer dans cette catégorie, je n’aime pas !

Cinq passions qui t’animent

Le cinéma ! La musique beaucoup et le rap, la bande dessinée, le comics avec les super-héros, et les jeux vidéo évidemment !

Si tu n’avais pas été vidéaste et humoriste, à quoi te destinais-tu ?

À faire de l’audiovisuel, de la postproduction et du montage. Pas en tant que créateur, mais en tant que technicien. Depuis très longtemps je me destinais à ça.

Ta citation favorite

C’est trop dur ! Godard, c’est trop facile, j’arrête pas de le citer partout. Mais tant pis, je continue avec lui : « Je ne veux parler que de cinéma, pourquoi parler d’autre chose ? Avec le cinéma
on parle de tout, on arrive à tout. »

Quels sont tes cinq films cultes ?

Alors franchement, cinq, je vais avoir du mal ! Mon premier c’est Les Affranchis, c’est mon film préféré de tous les temps, qui m’a fait apprécier le cinéma. Après c’est Akira, mon film d’animation préféré. Ensuite Blade Runner, Die Hard et Chungking Express – parce que c’est important de mettre du cinéma hongkongais dans la liste.

Quel est le film qui a changé ta vie ?

Je dirais qu’il s’agit des Affranchis, bon, du coup, ça fait un peu répétition, mais c’est ça. Je ne me rendais pas compte à l’époque que tu pouvais faire des trucs aussi barrés au cinéma. Après il y a Kubrick, qui m’a permis de comprendre l’importance du rôle d’un réalisateur au cinéma.

Quel est le film qui t’arrache une larme ?

Le Tombeau des lucioles… Si bien que je n’ai jamais pu le revoir. Je n’ai pas envie de rechialer.

Quel est le film qui te remonte à bloc ?

Bloodsport forcément !

Quel est ton « Jedi », ton maître à penser ?

Il y en a tellement ! Je pourrais te citer Kevin Smith, Fincher, Scorsese, Sergio Leone, Tarantino… Il y en a beaucoup trop pour n’en choisir qu’un ! Allez, disons Scorsese !

Quels sont les vidéastes qui vous inspirent pour votre travail ?

Notre inspiration, à la base, c’est Nostalgia Critic, un truc qu’on aimait beaucoup à l’époque. Je ne suis pas et nous ne sommes pas dans l’équipe de gros consommateurs de ce qui se fait sur Internet. Par exemple, quand on a commencé à travailler sur CROSSED, on avait eu une idée de concept. Après quelque temps, on s’est rendu compte qu’un concept similaire existait déjà chez AlloCiné avec Merci qui, c’est juste qu’on ne regardait pas ce qui se faisait.

Quand vous vous êtes lancés, est-ce que vous aviez une idée assez précise de ce que seraient vos personnages ?

Pas du tout ! Déjà, le deuxième personnage où je parlais en plus gros plan n’était pas réellement un vrai personnage. Tout ça a évolué : quand on a fait CHROMA, on a réfléchi à comment modifier CROSSED en ayant en tête la volonté de tout justifier. Jérémy, c’était pas prévu de le faire jouer l’idiot, mais c’est venu assez rapidement. Et Gilles en grand fan de Jurassic Park, c’est aussi venu de lui-même. Tout s’est progressivement mis en place parce qu’on en avait besoin en fait !

Avez-vous demandé des conseils à vos proches ou à des viewers pour faire évoluer votre contenu et vos personnages ?

Dans une certaine mesure on est à l’écoute de ce qu’on nous dit. Cela m’arrive de lire les commentaires et d’y répondre aussi, parfois, avec beaucoup de panache ! Après, des fois, certains commentaires nous permettent d’avoir une réflexion sur ce qu’on fait et si ça a du sens. On ne se laisse pas influencer, mais on réfléchit ! Il suffit de ne pas être dans une psychose de l’ego où on se sent agressés afin de faire du bon avec ce qu’on te donne tout en ayant un certain recul et la volonté de faire progresser son émission.

Est-ce que lorsque tu t’es lancé, Karim, tu as été poussé ou motivé par quelqu’un ?

J’ai été poussé par Gilles à un moment où j’avais des projets mais où je glandais que dalle. J’avais quitté mon taf avec la volonté d’écrire des trucs. Le chômage m’a permis de réfléchir à ce que je voulais faire. Gilles un soir m’a appelé et m’a dit : « Ce serait bien que tu fasses un truc » et du coup je me suis lancé.

Accordes-tu une grande importance au nombre de vues sur vos vidéos ?

Alors moi, non ! Je n’en ai strictement rien à foutre. Parfois Jérém’ me donne des infos, mais je m’en fiche. Nous avons eu la chance d’être financés par le crowdfunding donc globalement on s’en fiche. Pour le moment je suis très content : il y a plein de gens qui regardent, je sais qu’il y en a plein qui sont contents et ils sont suffisamment nombreux pour que ce soit cool. On ne s’était pas fixé d’objectifs en termes de chiffres ou autre, mais plutôt qualitatif afin de faire le mieux possible.

Quels sont vos épisodes préférés de CROSSED ?

On a pas mal de coups de cœur : « House of the Dead », « Wargame » et aussi « Resident Evil ». On a vraiment passé de super moments sur ces épisodes où on n’attendait qu’une seule chose au cours de la journée : se retrouver le soir pour continuer à bosser dessus. L’émission a vraiment beaucoup évolué au cours du temps et s’est également pas mal améliorée. Cela se ressent notamment au niveau du rythme. Si tu nous demandais le moins bien, on te répondrait « Postal ».

Comment s’est passée votre collaboration avec jeuxvideo.com ?

Ils ont vraiment été super cool tout du long. On connaissait en fait Cédric Mallet, le directeur, mais depuis le rachat par Webedia on ne connaît plus grand monde là-bas. Ils ne nous ont jamais posé de problèmes ou demandé de couper des trucs. On s’est sentis très soutenus.

Vu que tu es un peu la figure de proue, Karim, est-ce qu’il t’arrive de faire des caméos dans d’autres vidéos ?

Très peu au final. Ça m’est arrivé d’en faire pour des amis dans la vraie vie. J’en refuse pas mal parce que je n’ai pas envie de soûler les gens avec ma présence. Si je peux faire quelque chose, et le faire bien, pourquoi pas, ou alors pour dépanner. Mais être surreprésenté je ne trouve pas ça génial. Je travaille plus avec des gens avec qui je m’entends bien et avec qui je peux passer des moments cools.

Est-ce que ta notoriété change des trucs ?

Oui, mais ce n’est jamais trop intrusif. Je ne sais pas si c’est parce qu’il n’y a que des gens cools qui nous regardent, mais les gens pas cools ne nous arrêtent pas dans la rue. Je n’ai jamais été dérangé par des gens qui viennent m’arrêter dans la rue, au contraire je trouve ça plutôt cool. Sinon je ne suis pas présent sur les conventions. Je comprends pas comment les gens trouvent le temps d’y être, je suis totalement pris par CHROMA, du coup je n’ai clairement pas le temps ! Je préfère rencontrer les gens autour d’un objet, aller voir un film par exemple, plutôt que cet objet, ce soit seulement moi. Je ne pense pas que ma présence devrait être quelque chose de payant.

Que pensez-vous de la télévision ?

La télé en soi, pour nous, c’est un objet qui transmet des images. Aujourd’hui elle est très variée et tu peux trouver des trucs consternants comme tu peux trouver des trucs magnifiques ! Il y a des choses bien qui existent partout. Il n’y a pas de jugement de valeur à apporter à un média plutôt qu’à un autre. Après, c’est vrai que parfois tu sens une condescendance vis-à-vis de YouTube et de son contenu à la télévision. Du coup, tu ne comprends pas forcément pourquoi, étant donné que la télé ce n’est pas non plus LE média noble. Après il y a un penchant bizarre qui est que de plus en plus les chaînes de télé draguent les YouTubeurs pour les avoir sur leurs plateaux. Il y a sûrement un problème de fracture générationnelle. Puis ils te donnent l’impression de t’anoblir en te faisant passer à la télé, de procéder à une espèce d’adoubement alors que moi, personnellement, je m’en fous.

Quels sont les vidéastes que vous aimeriez faire découvrir au plus grand nombre ?

BiTS est vraiment super sympa ! Après c’est un programme Internet produit par la TV, donc ce n’est pas un amateur. Il y a aussi Every Frame a Painting qui est vraiment cool.

Laisser un commentaire

Champs Requis *.