Le Blog de Castelmore

Bienvenue ! Vous pourrez suivre ici toute l'actualité de nos auteurs et de leurs romans.

[Guide des YouTubers] Découvrez l’interview d’Audrey Marshmaloo

| 0 Commentaires

Pour fêter la sortie de la deuxième édition de l’indispensable Guide des Youtubers réalisé en collaboration avec Geekmemore.com, on vous propose de (re)découvrir une série d’interviews réalisées l’an dernier, pour Le Guide des Youtubers 2017 ! Retrouvez les interviews de Karim Debbache, Antoine Daniel, Fabien Fournier de Noob, poisson fécond, Le Joueur du Grenier et Le Fossoyeur de Films, et bien sûr, l’édition 2018 du Guide, qui parlera également cette année podcasts, et qui sortira en librairie le 15 novembre !

Audrey Marshmaloo – mode & beauté

VIDÉOS À NE PAS MANQUER : TUTORIEL : SWEET PEACH PALETTE // MES CONSEILS POUR DEVENIR YOUTUBEUSE #MMC // EXTENSIONS MICRO LOOPS + COULEURS PASTELS //
Audrey Marshmaloo est une YouTubeuse expatriée à Bruxelles qui a fondé sa chaîne il y a quelques années déjà. Responsable marketing digital pour une société de diététique, c’est tout naturellement qu’elle s’est tournée vers YouTube et la vidéo, un milieu qui lui a apporté de l’assurance, mais qui lui a également permis de rencontrer énormément de monde, de partager et même parfois d’aider grâce à ses conseils et son expérience. Audrey transmet effectivement à travers ses vidéos un message fondamentalement positif et plein de bonté. Pour elle, « le plus beau make-up d’une femme est son sourire », et elle souhaite par-dessus tout que chaque membre de sa communauté se rende compte que son propre bonheur est unique et qu’il n’a pas besoin d’idéaliser celui d’une autre personne. Ses tutoriels, ses vlogs, ses revues, ses sujets bien-être et toutes ses autres vidéos vous feront passer un très bon moment.

 

INTERVIEW !

Qui es-tu ?

Je m’appelle Audrey, j’ai 34 ans et je suis expatriée à Bruxelles. Je suis créatrice de contenu digital.

Le plus beau jour de ta vie ?

Je pense que cela va faire cliché, mais je dirais le jour de mon mariage ; c’était très symbolique pour moi malgré le fait que je ne pense pas que le mariage soit une preuve d’amour.

Des phobies ? ou des TOC de vidéaste ?

J’ai très peur du noir, je regarde des films d’horreur depuis mes 10 ans, et je pense que j’ai nourri cette peur en continuant à regarder ce genre de film. En tant que YouTubeuse, ma peur extrême est de faire une vidéo, mais d’avoir oublié de mettre « enregistrement ».

Cinq passions qui t’animent ?

La toute première je dirais la vidéo, créer et m’amuser à monter. La beauté vient en deuxième puis le cinéma, les jeux vidéo, les voyages.

Ton pire défaut ?

Mon manque de confiance en moi, mais je travaille dur dessus.

Si tu n’avais pas été YouTubeuse, à quoi te destinais-tu ?

Je pense que j’aurais continué dans le marketing digital strategy, ce qui était mon métier il y a encore peu. Je me lance tout fraîchement à plein-temps dans ma passion, qui est devenue mon métier.

Ta citation favorite ?

« Je voudrais voir le monde dans un grain de sable, Et le paradis dans une fleur sauvage, Tenir l’infini dans la paume de ma main, Et voir l’éternité durer une heure. » Elle est tirée du film Tomb Raider, que j’ai beaucoup aimé. À l’origine, on la doit à William Blake.

Parmi toutes tes vidéos, quelle est celle que tu préfères ?

Je n’aime pas une vidéo en particulier, mais j’aime celles que je fais avec mon chéri, mes amies ou ma communauté, car ce sont des souvenirs tellement forts que ce sont celles que j’aime le plus.

Tu es très sincère et adorable au sein de tes vidéos. Si on te demandait, là maintenant, de dire quelque chose à la personne qui lit ces lignes, sans la connaître, qu’est-ce que ce serait ?

Je lui dirais qu’elle est une personne unique et que j’espère qu’elle en est consciente. Beaucoup de personnes s’oublient de nos jours et c’est dommage.

Quels sont les YouTubers, YouTubeuses ou personnalités qui inspirent le plus ton travail ?

Je suis très inspirée par la mentalité et la communauté anglo-saxonne, qui est de se soutenir plutôt que de se tirer dans les pattes. Je dirais donc Zoella, Klaire de Lys, et bien d’autres. Pour les Françaises, j’admire le travail de Sananas2106, que j’ai la chance de connaître – j’aime sa positivité –, ainsi que de mes amies Sandrea26France et Noemiemakeuptouch.

Quand tu t’es lancée, avais-tu une idée précise de ce que tu souhaitais faire sur le Net ?

Non, j’ai commencé juste pour partager, ce que je continue de faire ; je voulais pouvoir discuter, et, en toute honnêteté, jamais je n’aurais pensé pouvoir en faire mon métier. Je suis très chanceuse.

Quelle est la motivation sous-jacente à ta chaîne ? On sent effectivement que tu envoies beaucoup d’ondes positives à tes abonnés…

Ma motivation profonde, au-delà du partage simple et pur, est de montrer aux gens qu’ils doivent croire en eux, qu’ils doivent comprendre que malgré tout ce qu’on voit sur le Net ou à la télé ils existent, qu’ils ne doivent pas prendre le bonheur des autres pour une chose universelle. Nous avons tous notre propre définition du bonheur et de la réussite, ce qui arrive à Paul n’est pas forcément ce qui nous arrivera, mais nous n’avons pas pour autant raté notre vie. Je voudrais que les gens soient simplement heureux.

As-tu demandé ou suivi des conseils de proches ou de viewers pour faire évoluer ton contenu ?

Oui, bien entendu, j’aime apprendre ; évoluer est dans ma conception de l’avancement de ma vie, et je le souhaite à chacun d’ailleurs. J’écoute beaucoup les envies de ma communauté, et je prends tous les conseils possibles dans la vie.

Qu’est-ce que ta chaîne représente pour toi ? Et qu’est-ce qu’elle a apporté dans ta vie ?

Ma chaîne c’est une histoire d’amour, un bébé on va dire, et elle m’a apporté de bonnes comme de mauvaises choses. Mais la vie c’est un peu ça, on sait reconnaître le bonheur quand on a connu des choses douloureuses, c’est un peu comme le yin et le yang. J’ai appris à prendre confiance en moi, à m’ouvrir, et surtout à créer une communauté de passionnés en or.

Tu t’es engagée pour l’éducation des jeunes filles et des femmes. Est-ce que tu peux nous en parler ? C’est un sujet qui te tient particulièrement à coeur ?

Oui c’est la deuxième année pour laquelle je m’engage auprès de l’association Toutes à l’école. Cela me touche car de nos jours beaucoup de personnes oublient la chance que nous avons d’avoir accès à l’éducation, c’est devenu « banal » et « normal » dans notre société, mais n’oublions pas que ce n’est pas le cas dans d’autres pays, et de voir ces jeunes femmes vouloir apprendre, s’épanouir dans le monde avec de belles connaissances, je trouve que c’est une noble cause.

Est-ce que tu as des projets pour l’avenir ?

Oui, j’ai beaucoup de projets et je me souhaite de les réaliser en temps voulu. J’aimerais créer une marque ou une collection à mon nom, dans le domaine de la beauté ou la mode. Mais si on parle de choses concrètes et plus proches, de belles surprises vont arriver, notamment des voyages.

Travailles-tu avec des marques ? Peux-tu nous donner ton avis sur ce mode de fonctionnement sur YouTube ?

Oui, bien sûr, avec des marques mais uniquement que j’affectionne personnellement et dans lesquelles je crois. Je travaille dans le respect de ma communauté, j’ai une ligne éditoriale, et je n’en dévie jamais pour ne pas tomber dans des travers. Je respecte trop mes abonnés, la valeur de l’argent et aussi mon intégrité pour faire n’importe quoi.

Que penses-tu de la télévision en comparaison de YouTube ?

Je respecte chaque domaine, que ce soit la presse papier, la télé ou le Web, nous avons tous notre place je pense.

Y a-t-il une vidéo que tu souhaites réaliser depuis longtemps ?

Oui, une vidéo pour aider nos jeunes à croire en eux. Et en termes de collaboration je dirais avec toutes mes copines !

Quels sont les vidéastes que tu aimerais faire découvrir au plus grand nombre ?

Il y en a plein ! Je dirais Barbara F qui fait de super DIY, Alice Esmeralda, qui fait des recettes de folie, MademoiselleBlush pour la coiffure, Ariana Aceli pour son univers très pin-up… mais j’en aime tellement !

Laisser un commentaire

Champs Requis *.