Le Blog de Castelmore

Bienvenue ! Vous pourrez suivre ici toute l'actualité de nos auteurs et de leurs romans.

Marathon Legend, jour 8 : la chronique de Nolwenn

| 0 Commentaires

On enchaîne avec la critique de Nolwenn qui, à l’instar de Céline (dont vous connaissez l’avis depuis hier) et d’Audrey (rendez-vous demain !), fut l’une des trois lectrices tirées au sort pour lire le roman de Marie Lu en exclusivité !

Marie Lu a un passé bien particulier. Originaire de Chine teintée de censure, d’interdits, son ouvrage prend alors un visage bien différent. Difficile de ne pas lier la fiction qu’est Legend et les raisons qui l’ont poussée, elle et ses parents, à déménager jusqu’en Amérique. C’est donc avec curiosité que je me suis plongée dans la lecture.

Le décor est immédiatement planté. Le régime totalitaire en place, appelé « La République », est en place depuis de nombreuses années. En conflit avec une autre puissance nommée  « La Colonie », la République forme soigneusement des troupes d’élite destinées à rejoindre le front. Nos deux protagonistes vivent à Los Angeles. June et Day sont le jour et la nuit. La belle et le clochard. June est une jeune fille dotée de capacités incroyables aux yeux de la nation. Athlétique, entraînée, fière de son rang, elle a tout pour devenir une citoyenne modèle. Day, lui, vit dans les quartiers pauvres et délaissés de la ville. Des maladies infectent les maisonnées forcées de rester en quarantaine, les inégalités sont plus creusées que jamais. Day souhaite offrir une porte de sortie à ceux qui lui sont chers, hors de cet enfer encadré par les soldats de la République.

Malgré l’extrême différence entre June et Day, Marie Lu parvient à éviter tout cliché. La transition entre les récits est d’une fluidité incroyable et l’histoire s’enchaîne sans accroc. C’est même à un rythme effréné que tout s’enchaîne. Alors que rien n’aurait poussé Day et June l’un vers l’autre, les besoins de l’un mènent au besoin de vengeance de l’autre. On découvre alors une ville sourde et aveugle à toute humanité sous le bruit monocorde des écrans crachant des messages abrutissant. L’auteur dépeint avec une précision presque cruelle le système où riches et pauvres sont choisis par le gouvernement lui-même. Les ruines d’un monde qui semble dater de plusieurs millénaires se résume à des ruines et des bâtiments noyés.

Cet univers n’est pas sans rappeler 1984 et son architecture délabrée, son leader charismatique, ainsi que la haine concentrée dans un ennemi unique : la Colonie. Une guerre sans fin et une autorité martiale au dessus de tout. Les défavorisés oscillent entre la peur et l’instinct de survie sous le regard méprisant des personnes de haut rang.

Les personnages, même secondaires, sont profondément attachants et Marie Lu a su cultiver l’étincelle d’originalité en chacun d’eux en gardant une trame étonnamment familière à mes yeux. Si le comportement de beaucoup ne comporte pas beaucoup de surprise, ce conformisme à ce qu’on attend d’eux colle plus encore à ce régime dont le but est de réduire toute singularité de ses citoyens. Se plier à une façon de parler, un besoin de réussite sociale symbolisée par un Examen aux conditions mystérieuses, tout cela ancré dans l’attitude des personnages rattachés aux beaux quartiers de la ville.

Legend est un livre recherché et haletant. Sa lecture est facile sans être ennuyeuse, une seule journée m’a été suffisante pour le terminer. Le suspens nous pousse à garder le livre en main jusque tard le soir, comme tous les bons livres nous l’ont tous fait un jour. Cette dystopie n’est en rien une redite, ou une copie de ce qui est tant plébiscité aujourd’hui : C’est un réel moyen pour nous amener à regarder notre propre vie, nos propres gouvernements et ceux du monde entier. Nos motivations, nos buts, ne sont-ils pas parfois liés à ce que notre propre système nous montre comme étant le bien ?

Ce roman est aussi un excellent moyen de se plonger dans le genre et de découvrir ces univers post-apocalyptiques martelés par la propagande et l’opposition entre groupes rebelles et gouvernement dont le seul but est d’employer ses citoyens à ses fins. Legend est sans aucun doute un livre à lire pour tous les fans de dystopie, d’univers ravagés mais aussi pour tous ceux souhaitant s’initier.

Auteur : Cesba

Community Manager des éditions Bragelonne, Milady et Castelmore. Réponds à toutes vos questions dans la mesure du possible !

Laisser un commentaire

Champs Requis *.