Le Blog de Castelmore

Bienvenue ! Vous pourrez suivre ici toute l'actualité de nos auteurs et de leurs romans.

DARK ELITE de Chloé Neill: la nouvelle série de janvier 2012, avec un extrait inclus !

| 0 Commentaires

Dark Elite est une trilogie fantastique, signée Chloe Neill.

Pour Lily, c’est la tuile : ses parents s’en vont deux ans en Allemagne et la laissent en pension dans un lycée privé de Chicago peuplé de filles riches et snobs, loin de tous ses amis.

 

L’histoire:

Nouveau lycée, nouvelles amies, nouveaux ennuis…

Lily Parker est la petite nouvelle au lycée privé Sainte-Sophia. Ses parents sont partis à l’autre bout du monde… en la laissant dans ce pensionnat d’adolescentes riches et snobs.
Heureusement, la compagne de chambrée de Lily détonne dans le paysage: Scout est excentrique et connaît les lieux comme sa poche. Mais elle lui dissimule des choses… Ses mystérieuses activités nocturnes intriguent Lily qui va tout faire pour découvrir ce qui se trame dans les sous-sols de Sainte-Sophia.

 

La série:

Il s’agit d’une trilogie. Le 1er tome sort le 13 janvier et vous aurez la chance de retrouver Lily dans le 2e opus de ses aventures en mars et de connaître le dénouement de ses aventures au mois de juin. Alors, elle est pas belle la vie?

 

Une citation de Dark Elite – Magie de feu:

— J’ai tellement de questions à poser que je ne sais pas trop par quoi commencer, dis-je une fois dans la ruelle, hors de vue des garçons, mais allons-y pour les bons vieux ragots. Tu m’as dit que tu ne sortais pas avec Michael, mais il craque pour toi, ça crève les yeux.
Scout renifla d’une façon un peu trop appuyée pour être honnête.
— Je ne l’ai pas seulement dit: on ne sort pas ensemble. C’est un fait. Une réalité objective, empirique, vérifiable. Les garçons de Montclare, très peu pour moi.
— Hmm hmm, fis-je.
Elle semblait tenir à cette règle d’or, sans aucun doute, mais il y avait quand même baleine sous gravillon, dans son histoire avec Michael. Cela dit, la question pouvait attendre.

 

Ce qu’en dit la presse :

« Une trilogie passionnante qui mêle mystère, magie et romance. »
Ravenous Reader


Trois choses que j’aime dans ce roman :

1 – Je l’ai dévoré quasiment d’une seule traite! Une lecture agréable et qui donne envie de savoir la suite à chaque page tournée. Je ne pouvais attendre de connaître la vérité sur les escapades nocturnes de Scout et… de savoir si oui ou non elles vont réussir à conclure avec leurs crushs respectifs!!

2 – Les pouvoirs des personnages: c’est chouette de revoir un peu de magie «à l’ancienne», un grimoire, des sorts, le tout mêlé à notre quotidien. Cette histoire m’a rappelé le bonheur que j’avais eu à lire Harry Potter. Bien sûr, le pensionnat ressemble plus à celui de Gossip Girl que Poudlard, et c’est comme la 2e couche de chocolat dans la boîte: le mélange des deux fonctionne diablement bien.

3 – L’amitié et la complémentarité de Lily et Scout. Entre ces deux-là, c’est le coup de foudre amical à leur première rencontre, et les vannes qu’elles s’échangent en permanence m’ont fait les aimer à mon tour Et même face au danger, elles savent qu’elles peuvent compter l’une sur l’autre. C’est cool de savoir qu’on a quelqu’un comme ça dans sa vie.

 

Le détail qui fait rêver:

Hey, moi aussi je veux devenir magicienne. Alors, lequel d’entre vous me balance un souffle de feu?? En plus, ça fait un chouette tatouage. Bon, d’accord, il faut aussi survivre à ce sort. Mais c’est un détail 😉

 

La question utile: Est-ce qu’il y a des vampires dans Dark Elite, comme dans sa série pour adultes Les Vampires de Chicago?
La réponse (utile aussi ?): Pas dans ce tome-ci… mais il y a d’autres créatures bizarres…

 

La recommandation:

Si vous aimez les romans bourrés d’action qui se lisent tout seul, avec des héroïnes qui n’ont pas froid aux yeux (Vampire Academy, Pouvoirs Obscurs), vous aimerez Dark Elite.

 

 

Voici un extrait pour vous donner envie de vous précipiter dans votre librairie préférée vendredi et vous procurer Vampire Academy 6 ET Dark Elite 1!

Chapitre premier

Ils siégeaient autour d’une table de conférence. Huit hommes et femmes, tous âgés d’au moins soixante-cinq ans, tous excessivement fortunés. Et s’ils se trouvaient là, dans cette tour au cœur de Manhattan, c’était pour décider de mon sort.
Je n’avais pas encore fêté mes seize ans, et avais terminé ma seconde le mois précédent. Mes parents, professeurs de philosophie, s’étaient vu offrir un congé sabbatique de deux ans afin d’aller dans une université allemande, à Munich. Deux ans à l’étranger! Pourquoi pas, après tout? Sauf qu’ils avaient décidé qu’il valait mieux que je reste aux États-Unis.
Ils avaient choisi un samedi de juin pour m’annoncer la grande nouvelle. Je me préparais à aller chez Ashley, ma meilleure amie, quand mes parents avaient débarqué dans ma chambre et s’étaient assis sur mon lit.
— Lily, avait lancé ma mère, il faut qu’on parle.
Je ne surprendrai personne en précisant qu’il faut s’attendre à de sérieux problèmes après ce genre d’entrée en matière.
J’avais tout d’abord pensé qu’il était arrivé quelque chose à Ashley. Mais non, elle n’avait rien; c’était chez moi que le sort avait décidé de frapper. Mes parents m’expliquèrent que leur demande de congé sabbatique avait été acceptée, et que partir travailler deux ans en Allemagne était une formidable occasion pour eux.
Là-dessus, ils avaient échangé l’un de ces longs regards appuyés qui ne présageaient généralement rien de bon. ils avaient alors précisé qu’ils ne voulaient pas m’obliger à les suivre en Allemagne, qu’ils seraient débordés pendant leur séjour, et qu’ils souhaitaient que j’aille dans un lycée américain, afin de préserver mes chances d’intégrer l’une des meilleures universités. Ils avaient donc décidé que je resterais aux États-Unis pendant leur absence.
J’étais partagée entre colère et excitation. J’étais dégoûtée, bien sûr, parce qu’un océan allait nous séparer alors que je serais en train de franchir toute une série d’étapes capitales: passer les examens de fin de lycée, visiter les universités, me rendre au bal de promo, compléter enfin ma collection de vinyles des Smashing Pumpkins. Mais j’étais également excitée à l’idée d’aller vivre avec Ashley et sa famille.
Hélas ! je n’avais vu juste que pour la première partie.
Mes parents avaient jugé préférable que je termine le lycée à Chicago, dans un internat coincé entre gratte-ciel et béton, et non à Sagamore, ma ville natale, dans le nord de l’État de New York. Je pouvais tirer un trait sur mon quartier aux rues ombragées, sur mes amies et mes connaissances, sur mon petit univers à moi.
Je leur avais opposé tous les arguments possibles et imaginables.
Avance rapide de deux semaines et quatre cents kilomètres. Me voilà assise à la table de conférence, en cardigan boutonné jusqu’au cou et jupe crayon, une tenue que je ne portais jamais d’ordinaire; les membres du conseil d’admission du lycée de jeunes filles Sainte-Sophia gardaient les yeux rivés sur moi. Ils auditionnaient toutes celles qui souhaitaient fouler leur terre sainte: Dieu les garde de laisser entrer quelqu’un ne correspondant pas à leurs critères… le fait qu’ils aient pris la peine de venir me rencontrer à New York, en revanche, semblait un peu plus inhabituel.
— J’ose espérer que vous êtes consciente, dit l’un d’eux – un homme aux cheveux gris, qui portait de minuscules lunettes rondes –, du fait que Sainte-Sophia est une véritable institution. C’est un lycée qui jouit d’une histoire longue et prestigieuse à Chicago, et qui fournit des éléments de valeur aux meilleures universités de la côte est.
Une femme au chignon volumineux me dévisagea en ajoutant lentement, comme si elle s’adressait à une enfant:
— Vous aurez toutes les universités du pays et d’ailleurs à vos pieds, lily, si vous êtes acceptée à Sainte-Sophia. Si vous devenez une jeune fille de Sainte-Sophia.
Et si je n’avais pas envie de devenir une jeune fille de Sainte-Sophia? Si je préférais rester à Sagamore avec mes amies, et non à mille cinq cents kilomètres de là, dans une ville glaciale du Midwest, au milieu de nanas sorties d’écoles privées qui s’habillaient et parlaient toutes pareil, et qui passaient leur temps à étaler leur fric?
Je n’avais aucune envie d’être une jeune fille de Sainte-Sophia. Je voulais rester moi-même, Lily Parker, avec mes cheveux noirs, mes yeux soulignés d’eye-liner et mon grand sens de la mode.
Pour les hautes instances de Sainte-Sophia, en revanche, il n’y eut pas la moindre hésitation. Deux semaines après l’entretien, je recevais la lettre suivante:
«Félicitations. Nous avons le plaisir de vous informer du vote favorable des membres du conseil concernant votre demande d’admission au lycée Sainte-Sophia pour jeunes filles.»
Cela n’avait rien d’une nouvelle réjouissante. La fugue n’ayant jamais été mon style, je compris que j’étais dos au mur. Deux mois plus tard, je me retrouvais donc à l’aéroport Albany international, avec mes parents.
Comme maman avait réservé des billets auprès de la même compagnie aérienne, nous prîmes place ensemble dans le hall d’embarquement, assis tous les trois, moi au milieu. Maman avait opté pour un chemisier et un pantalon droit; ses longs cheveux noirs étaient coiffés en queue-de-cheval. Mon père portait une chemise et un pantalon de treillis, et des mèches auburn retombaient devant ses lunettes. Ils prenaient un vol pour l’aéroport JFK de New York, où ils récupéreraient leur correspondance internationale; le mien était direct jusqu’à Chicago O’Hare.
Nous gardâmes le silence jusqu’à ce que l’embarquement de mon vol soit annoncé. Trop nerveuse pour me mettre à pleurer, je me levai et chargeai ma besace sur mon épaule. Mes parents se mirent debout; maman posa une main sur ma joue.
— Nous t’aimons, Lil. Tu le sais ? Et que tout ça, c’est la meilleure solution ?
Ce que je savais, c’était que je ne la trouvais pas si géniale que ça, sa solution. Et le plus étrange, c’est que sa nervosité semblait indiquer qu’elle n’y croyait pas vraiment elle-même. Avec le recul, je pense qu’ils doutaient l’un et l’autre du bien-fondé de cette décision. Bien sûr, ils n’en dirent rien, mais leur gestuelle les trahissait. Quand ils m’avaient annoncé leur projet, mon père n’avait pas cessé de toucher le genou de ma mère. Un geste qui n’avait rien de romantique ou d’affectueux: il semblait avoir eu besoin d’être rassuré par sa présence, sur le fait que tout irait effectivement pour le mieux. À ce moment-là, je m’étais posé des questions: ils avaient remué ciel et terre pendant des mois afin de décrocher ces deux années de recherche en Allemagne, et, malgré leurs grandes déclarations sur la «chance» que cela représentait, ils n’avaient pas l’air plus emballés que ça de partir.
Toute cette affaire était bizarre, très bizarre.
Quoi qu’il en soit, le «c’est la meilleure solution» lâché par ma mère dans ce hall d’aéroport n’avait rien d’une nouveauté. Avec papa, ils répétaient cette phrase depuis des semaines, comme un mantra. J’avais des réserves quant à cette prétendue solution miracle, mais je ne voulais pas les quitter sur une scène désagréable. Je me contentai donc d’un signe de tête à ma mère, accompagné d’un sourire factice, et laissai mon père m’étreindre jusqu’à l’étouffement.
— Appelle-nous quand tu veux, dit-il. Jour et nuit. Ou envoie un mail. Ou un SMS.
Il déposa un baiser sur le sommet de mon crâne et déclara dans un souffle:
—Tu es notre lumière, Lil. Notre lumière.
À cet instant, j’hésitai entre l’aimer davantage et le haïr un peu: d’un côté, il débordait d’affection, de l’autre, il m’envoyait en internat.
Nous nous fîmes nos adieux, puis je traversai le hall d’embarquement et pris place dans l’avion, munie d’une carte de crédit de secours dans mon portefeuille, et d’un sac de voyage enregistré à mon nom et qui patientait dans le ventre de l’appareil. Mains collées au hublot, je vis la «Grosse Pomme» disparaître derrière moi.
Adieu, vibrations new-yorkaises.
Comme le dit si bien Pete Wentz dans sa chanson Chicago Is So Two Years Ago: Chicago a deux ans de retard sur tout.
Deux heures et un minuscule sachet de cacahouètes plus tard, je me retrouvais en plein Chicago, accueillie par un blizzard furieux nettement trop froid pour un après-midi de début septembre, ville des vents ou pas. Ma jupe m’arrivant au niveau du genou, partie intégrante de l’uniforme de Sainte-Sophia, me parut trop courte pour affronter un tel vent.
En me retournant, je vis le chauffeur du taxi noir et blanc qui venait de me déposer devant l’enceinte du lycée déboîter pour s’engager dans la circulation d’East Erie avenue. Il me laissa seule sur le trottoir, mon sac de voyage géant dans les bras, ma besace arrimée à l’épaule, perdue au milieu du centre-ville de Chicago.
Le panorama qui s’offrait à moi n’avait rien d’accueillant, pensai-je en levant les yeux vers le lycée de jeunes filles Sainte-Sophia.
Les membres du conseil d’admission m’avaient appris que l’édifice avait autrefois abrité un couvent; il aurait tout aussi bien pu servir de décor pour un film d’épouvante. Partout, de la pierre gris foncé déprimante. Des dizaines de fenêtres hautes et étroites, avec un œil-de-bœuf géant au milieu. Des gargouilles grimaçantes, toutes griffes dehors, perchées à chaque angle du toit pentu.
Je penchai la tête tout en détaillant les statues. Quelle drôle d’idée, quand même, de placer des bonnes sœurs sous la surveillance de petits monstres de pierre ! Étaient-ils censés empêcher les gens d’entrer… ou de sortir?
Au-dessus du bâtiment principal se dressaient les symboles de Sainte-Sophia: deux tours élancées, construites dans la même pierre grise. On disait que certaines femmes influentes du tout-Chicago arboraient un anneau d’argent frappé de la silhouette des deux tours, indiquant leur statut d’anciennes pensionnaires de cet établissement.
Trois mois après la révélation de mes parents, je n’avais toujours pas la moindre envie de devenir une jeune fille de Sainte-Sophia. D’ailleurs, il suffisait de plisser les yeux pour se rendre compte que l’édifice ressemblait à un monstre aux oreilles pointues.
Tout en me mordant la lèvre, je passai en revue les autres bâtiments – de style tout aussi gothique – qui constituaient le petit campus, isolé de Chicago par un mur d’enceinte. Un drapeau bleu roi marqué du fronton stylisé de Sainte-Sophia, tours comprises, flottait au-dessus de la porte voûtée principale. Une Rolls-Royce était garée dans l’allée.
Je ne me sentais pas à ma place dans cet endroit, qui n’avait rien à voir avec Sagamore. Rien à voir avec mon ancien lycée, mon quartier, mon magasin de fringues vintage préféré, mon café favori.
Pire encore, à en croire la Rolls, les gens à l’intérieur risquaient eux aussi de ne pas avoir grand-chose en commun avec moi. Enfin, d’après l’idée que je m’étais jusqu’ici faite de ma famille; mais si mes parents avaient de quoi me payer deux années de scolarité dans ce bahut, c’était qu’apparemment nous disposions de moyens qui m’étaient jusqu’alors inconnus.
— Ça craint, marmonnai-je juste avant que s’ouvrent les lourdes portes du bâtiment.
Une femme – grande, mince, tailleur strict et talons fonctionnels – apparut sur le seuil.
Nous restâmes un instant à nous étudier. Puis elle s’écarta, en maintenant l’un des battants ouvert. Interprétant son geste comme un signal, je rajustai sac de voyage et besace avant de remonter l’allée dans sa direction.
— Lily Parker? demanda-t-elle, un sourcil relevé pour appuyer sa question, quand j’atteignis l’escalier de pierre conduisant à la double porte.
Je hochai la tête.
Elle leva les yeux pour scruter les abords du campus, tel un aigle en quête d’une proie.
— Entrez.
Je gravis les marches, puis pénétrai à l’intérieur. La fermeture des portes géantes, derrière moi, provoqua un courant d’air qui fit voler mes cheveux dans tous les sens.
La femme traversa rapidement le bâtiment principal d’une foulée efficace, étonnamment silencieuse. Je n’eus même pas droit à un «Bonjour», encore moins à un accueil chaleureux pour mon arrivée à Chicago. Elle n’avait pas prononcé un mot depuis qu’elle m’avait fait signe de la suivre.
J’entrepris donc de lui emboîter le pas, à travers une succession de couloirs aux parois de calcaire lisse, éclairés par de minuscules ampoules tremblantes logées dans des appliques ringardes. Sol et mur étaient uniformément taillés dans cette même pierre calcaire. Au plafond, le coffrage était constitué de poutres épaisses, avec des symboles dorés peints dans les interstices: une abeille, et un motif rappelant une fleur de lys.
Nous tournâmes une fois, puis une autre, avant de déboucher dans un couloir à colonnades. Ici, le plafond était différent. Il formait une série de voûtes de style gothique, aux arêtes soulignées par des poutres en bois recourbées, délimitant des espaces enduits du même bleu que celui du drapeau de Sainte-Sophia et parsemés d’étoiles dorées.
Impressionnant, dans le genre luxueux et tape-à-l’œil.
Je la suivis jusqu’au panneau de bois qui se trouvait au bout du couloir. Un nom, «Marceline D. Foley», y était inscrit en lettres d’or.
Comme elle ouvrit la porte et pénétra dans le bureau, je supposai qu’elle n’était autre que ladite Marceline D. Foley. Je la suivis à l’intérieur.
La pièce était sombre; il y flottait une fragrance capiteuse, émanant d’un petit brûle-parfum posé sur une tablette. Un imposant bureau en chêne massif trônait devant un gigantesque vitrail circulaire, qui faisait office de fenêtre dans le mur opposé à l’entrée.
— Fermez la porte, dit-elle.
Je posai mon sac de voyage par terre pour faire ce qu’elle m’avait demandé. Quand je me retournai, elle avait pris place derrière le bureau, ses mains aux ongles manucurés jointes devant elle, le regard rivé sur moi.
— Je suis Marceline Foley, la directrice de ce lycée. Vous nous avez été envoyée pour que nous assurions votre éducation, votre épanouissement personnel, et pour que nous fassions de vous une demoiselle respectable. Vous êtes appelée à devenir une jeune fille de Sainte-Sophia. Comme vous entrez en première, vous allez passer deux ans dans cette institution. J’attends de vous que vous employiez au mieux le temps qui vous est imparti: en étudiant, en apprenant, en cultivant votre réseau de relations, en vous préparant à des études académiques difficiles au sein d’une université prestigieuse.
»Vous aurez cours de 8h20 jusqu’à 15h20, du lundi au vendredi. Vous dînerez à 17 heures précises, et irez à l’étude de 19 heures à 21 heures, du dimanche au jeudi. L’extinction des feux est à 22 heures. Vous demeurerez dans l’enceinte du lycée pendant la semaine, mais il vous est permis de sortir pendant la pause-déjeuner, à condition d’être accompagnée et de rester à proximité du campus. Le couvre-feu est à 21 heures les vendredis et samedis soir. Des questions ?
Je fis « non » de la tête, ce qui était un mensonge: j’avais des tonnes de questions à poser, mais pas de celles qui lui plairaient, vu comme ses talents en relations humaines laissaient à désirer. À l’écouter, Sainte-Sophia n’avait plus rien d’un internat… et tout d’une prison. Du coup, pas besoin de briller par ma sociabilité. Et je n’avais pas choisi d’être ici.
— Bien.
Foley ouvrit un minuscule tiroir à sa droite. Elle en extirpa un passe-partout doré d’aspect archaïque – le genre tout fin, avec des griffes perpendiculaires au bout – attaché à un ruban bleu roi.
— La clé de votre chambre, dit-elle en me la tendant.
Je me saisis du ruban dans sa paume, puis empoignai la fine tige de métal.
— Vos livres se trouvent déjà dans votre chambre. Un ordinateur portable vous a été confié. Il vous y attend, lui aussi.
Elle fronça les sourcils, puis plongea son regard dans le mien.
— Cela ne ressemble sûrement pas à l’idée que vous vous faisiez de vos années de première et de terminale, mademoiselle Parker. Mais vous découvrirez bientôt que l’on vous a fait un cadeau incroyable. Ce lycée est l’un des meilleurs du pays. Sortir de Sainte-Sophia vous ouvrira bien des portes, pour la suite de vos études comme pour votre entrée dans la société. Le fait d’appartenir à cette institution vous mettra en contact avec un réseau de femmes dont l’influence s’étend au monde entier.
J’acquiesçai, approuvant surtout le début de sa tirade. Évidemment que je m’étais fait une autre idée des deux années à venir! J’avais imaginé qu’elles se dérouleraient chez moi, avec mes amies et mes parents. Mais comme elle ne m’avait pas demandé l’effet que ça me faisait de me trouver ainsi catapultée à Chicago, je m’en tins à ce hochement de tête.
— Je vais vous conduire jusqu’à votre chambre, dit-elle en se levant et en se dirigeant vers la porte.
Après avoir ramassé mon sac, je suivis le mouvement.
Sur le chemin, Sainte-Sophia resta conforme à ce que j’en avais vu depuis l’entrée jusqu’au bureau de Foley: une enfilade de couloirs en pierre. Le bâtiment, d’une propreté impeccable, donnait surtout l’impression d’être vide. Stérile. Et aussi beaucoup plus calme qu’un lycée classique – en tout cas, que celui que j’avais laissé derrière moi. Hormis le cliquetis des talons de Foley sur le dallage luisant, l’endroit était aussi silencieux qu’un cimetière. Rien dans le décor ne rappelait un bahut: il n’y avait ni étagères à trophées, ni photos de classe, ni rangées de casiers, ni affiches annonçant un match. Et surtout, pas âme qui vive. Nous étions censées être environ deux cents élèves. Jusqu’ici, j’avais l’impression d’être la seule interne de Sainte-Sophia.
Le couloir déboucha subitement sur un espace circulaire gigantesque, dont le toit en rotonde surplombait un labyrinthe dessiné dans le carrelage au sol. Cet endroit respirait la dignité, incitait à la contemplation. Les sœurs avaient dû arpenter ces allées d’un pas lent, empreint de gravité.
La directrice poussa une autre double porte.
Le passage donnait sur une pièce toute en longueur, éclairée par d’énormes lustres en fer forgé et baignée de la lumière colorée de dizaines de vitraux. Entre les fenêtres, les murs étaient tapissés de rayonnages de livres. Au sol s’alignaient rangée après rangée de tables.
À ces bureaux, des jeunes filles. Des grappes de jeunes filles, toutes vêtues d’éléments de l’uniforme de Sainte-Sophia: jupe écossaise bleu marine et haut assorti, de type pull à manches longues ou sans manches, avec ou sans capuche.
Une armée de filles en écossais bleu marine.
Livres et cahiers étaient étalés sur les pupitres devant elles; les ordinateurs portables ronronnaient. Les cours ne commençaient que le lendemain, et toutes ces filles étaient déjà en train de potasser! Les membres du conseil n’avaient pas menti: les études, ici, c’était du sérieux.
— Vos camarades de classe, dit Foley à voix basse.
Elle arpenta la travée qui divisait la salle en deux, et je la suivis. Mon épaule commençait à m’élancer à cause du poids de mon sac de voyage. Certaines filles me regardèrent passer; des têtes émergèrent des livres, cahiers et portables, pour me dévisager. Je croisai le regard de deux d’entre elles.
La première avait une crinière blonde cascadant sur ses épaules, avec un bandeau de cuir verni calé derrière les oreilles. Elle haussa un sourcil à mon passage, et deux brunes assises à la même table se penchèrent pour lui chuchoter quelque chose. Pour médire. D’emblée, je cataloguai la blonde comme chef de meute.
L’autre fille, assise en compagnie de trois autres gamines en écossais, quelques tables plus loin, n’appartenait manifestement pas au groupe précédent. Elle était blonde elle aussi, mais sa coupe au carré virait au brun foncé sur les pointes. Elle arborait des ongles peints en noir et un piercing à une narine.
Étant donné ce que j’avais vu jusqu’ici, je fus surprise que Foley laisse passer ce genre de fantaisie, mais ça me plut tout de suite. Elle leva la tête et riva ses yeux verts dans les miens. Puis elle sourit. Je lui rendis son sourire.
— Par ici, ordonna Foley. Je pressai le pas.
Arrivée au bout de la travée, j’eus droit à un nouveau couloir. Quelques zigzags et une étroite volée de marches en calcaire plus tard, Foley s’arrêta devant une porte en bois. Elle fit un signe de tête en direction de la clé pendue à mon cou.
—Vos quartiers, dit-elle. Votre chambre est la première à droite. Vous avez trois colocataires, avec lesquelles vous partagez un salon. Les cours commencent demain matin, à 8 h 20 précises. L’emploi du temps est avec vos livres de classe. Vous vous intéressez aux beaux-arts, je crois?
— J’aime dessiner. Parfois peindre.
— Oui, le conseil m’a fait parvenir quelques-uns de vos travaux. Cela dérape vers le fantastique – mondes imaginaires et autres créatures irréalistes – mais vous faites preuve d’un certain talent. Nous vous avons inscrite en arts plastiques. Les cours en atelier débuteront d’ici à quelques semaines, une fois notre professeur installé. Nous attendons de vous que vous consacriez autant de temps à votre art qu’aux disciplines académiques. (En ayant visiblement terminé avec les instructions, elle m’étudia de haut en bas.) Des questions?
Elle avait remis ça. Un «Des questions?» qui sonnait davantage comme un avertissement: «Je n’ai pas de temps à perdre en bavardages inutiles.»
— Non, je vous remercie.
Foley hocha la tête.
— Très bien.
Sur ce, elle fit demi-tour et s’éloigna. Ses pas résonnèrent dans le couloir.
J’attendis qu’elle disparaisse, puis glissai la clé dans la serrure et tournai la poignée. La porte donnait sur un petit espace circulaire: la pièce commune. Un canapé et une table basse devant une petite cheminée, un violoncelle appuyé contre le mur opposé, et quatre portes conduisant, en toute logique, à autant de chambres.
M’approchant de celle la plus à droite, je fis glisser le passe-partout pendu à mon cou et l’introduisis dans la serrure. Quand celle-ci cliqueta, je poussai le panneau et appuyai sur l’interrupteur.
C’était exigu. Minuscule mais soigné, avec une toute petite fenêtre et un lit une place. La broderie du couvre-lit bleu roi figurait les tours de Sainte-Sophia. Face au lit, un bureau en bois sur lequel s’élevaient une pile de bouquins haute de soixante centimètres, une autre de paperasse, et où trônaient un ordinateur portable argenté et un réveil. Une étroite porte en bois donnait sur un placard.
Après avoir refermé le battant derrière moi, je posai mon sac sur le lit. Hormis les quelques meubles et les fournitures scolaires, la chambre était vide. Mis à part les rares bricoles que j’avais réussi à caser dans mon sac de voyage, rien, ici, ne me rappellerait mon chez-moi.
J’eus le cœur gros à cette pensée. Mes parents m’avaient vraiment envoyée en internat! Ils avaient préféré Munich et leurs recherches sur un philosophe moisi aux vernissages et autres dîners de gala auxquels ils étaient d’ordinaire si fiers d’être invités…
M’asseyant à côté de mon sac, je sortis mon téléphone portable de la poche avant de ma besace jaune et gris, ouvris le clapet et vérifiai l’heure. Presque 17 heures à Chicago, soit minuit à Munich, et de toute façon ils devaient être actuellement à mi-chemin au-dessus de l’Atlantique. J’avais très envie de les appeler, d’entendre le son de leur voix, mais, comme c’était impossible, je composai le numéro de portable de ma mère et tapai un SMS:
«O bahut ds ma chb.»
C’était peu, mais ils sauraient que j’étais bien arrivée, et m’appelleraient certainement dès que possible.
Après avoir refermé le portable, je restai une minute à le regarder, au bord des larmes. Je luttai pour les empêcher de couler. Pas question de me mettre à pleurer pendant ma première heure passée à Sainte-Sophia, la première heure de ma nouvelle vie.
Le temps s’écoula quand même. Je n’avais pas envie d’être ici. Ni dans ce lycée, ni à Chicago. Seul le fait de savoir qu’on me renverrait illico ici me dissuada d’utiliser ma carte de crédit de secours pour acheter un billet et sauter dans le premier avion pour New York.
— Ça craint, dis-je en séchant mes larmes avec soin, pour éviter d’étaler l’eye-liner noir.
Quelqu’un frappa à ma porte, puis l’ouvrit. Je levai les yeux.
— Déjà en train de préparer ton évasion ? demanda la fille au piercing dans la narine et aux ongles peints en noir, sur le pas de ma porte.

Laisser un commentaire

Champs Requis *.